Filière Fruits Tropicaux : la Compagnie fruitière va investir 38 millions $ en vue d’accroître la capacité d’accueil du terminal fruitier du Port d’Abidjan

Donnez votre avis

Le gouvernement ivoirien et la société EOLIS-CI, filiale du groupe français Compagnie fruitière ont signé ce 12 décembre, une convention de concession du terminal fruitier du port autonome d’Abidjan. A travers cette convention, la Compagnie fruitière compte investir 22 milliards FCFA (environ 38,15 millions $) en vue d’accroître la capacité d’accueil de ce terminal fruitier.

Cet investissement participerait à l’augmentation de l’offre de chambres froides à température contrôlée et à la construction d’un poste à quai de 12 m de tirant d’eau. Ainsi, l’objectif de la convention est de moderniser le terminal fruitier pour rendre plus compétitive la filière fruits et légumes de Côte d’Ivoire.

Les principaux produits d’exportations vises par le projet sont la banane, l’ananas, le gingembre, l’igname frais, la patate douce et la mangue. Ce choix est justifié par les volumes d’exportation qui sont passés de 237 000 tonnes en 2015 à 280 000 en 2017, soit une croissance de 18% en 2 ans. A l’horizon 2038, le volume d’exportation devrait doubler et atteindre 490 000 tonnes

Selon le ministre du Transport, Monsieur Amadou Koné, « ce projet vient à point et permettra de maintenir sinon d’accroître les positions de notre production sur le marché international » avec la concurrence dans les secteurs fruits et légumes, existante entre l’Amérique Latine et l’Afrique.

Le directeur exécutif du Groupe Compagnie fruitière, Jérôme Fabre a pour sa part, indiqué que cette convention vient faire du port autonome d’Abidjan, une référence en matière de filières productives en Côte d’ivoire. Tout en mentionnant l’honneur que le groupe a de participer à ce projet de développement des filières productives de la Côte d’Ivoire.

Source :lacotedivoireagricole.ci

Partager sur:

Autres articles

, laisser un commentaire